F.A.Q.

Le libre accès :

  • Qu’est-ce que le libre accès ?

Le libre accès est un mouvement qui vise à garantir un accès gratuit pour tous aux résultats de la recherche scientifique. Cette position est basée sur une compréhension de la recherche et du savoir en tant que biens communs universels, répondant à des besoins collectifs essentiels.

  • Quels sont les modèles de libre accès ?

Le libre accès se manifeste principalement sous deux formes de diffusions pour les articles scientifiques, la voie verte et la voie dorée.

La voie verte implique que les auteurs déposent leurs travaux dans des dépôts institutionnels, mis en place généralement par leur institution de rattachement ou leur bibliothèque universitaire. Dans ce cas, la revue dans laquelle est publié l’article peut  alors être en libre accès ou disponible par abonnement.

La voie dorée (ou or) implique que les revues scientifiques soient diffusées intégralement en libre accès. Les revues sont financées en amont, soit par un système de subventions (subventions gouvernementales, soutien de l’institution de recherche, etc.), par une contribution des auteurs publiés dans la revue (modèle auteur-payeur (APC – Article processing fees)) ou encore par la commercialisation de services complémentaires (modèle Freemium).

Finalement, une troisième voie se dégage, notamment chez les grands organismes subventionnaires aux États-Unis et en Europe. Cet engagement pour le modèle « diamant » prévoit un avenir où les contenus scientifiques seront en format numérique et en libre accès dès leur première diffusion, sans frais pour le lecteur ni pour l’auteur. Cette voie condamne ainsi les dérives du modèle auteur-payeur, les barrières à l’accès et les embargos qui sont perçus comme des freins au partage des nouveaux savoirs.    

Dans le cadre de notre partenariat, une voie inédite est explorée afin de produire un modèle de libre accès pérenne et équitable : le soutien financier aux revues et à la diffusion en libre accès est apporté par un regroupement de bibliothèques universitaires.

Partenariat :

  • Qui sont les partenaires impliqués ?

Le partenariat a été signé en 2014 par le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) et le consortium Érudit.
- Le RCDR est un partenariat d’universités déterminé à élargir le contenu numérique pour les activités de recherche universitaire au Canada.
- Érudit est un consortium sans but lucratif et constitue le plus important diffuseur numérique de la recherche canadienne publiée en français et bilingue.

  • Qui sont les acteurs phares du partenariat ?

- 53 bibliothèques canadiennes membres du RCDR se sont engagées dans ce partenariat afin de soutenir les revues savantes et la diffusion en libre accès. La liste est disponible ici.
- 107 revues savantes diffusées sur Érudit sont soutenues dans cette entente. La liste des titres est disponible sur cette page.

  • Quel est le modèle de libre accès exploré par la partenariat  ?

Le modèle adopté s’engage pour une transition durable et équilibrée des revues vers le libre accès à travers une série d’actions permettant une évolution souple du mode de diffusion tout en garantissant la viabilité financière des revues à court comme à long termes.

  • Quelles sont les principales actions du partenariat en faveur du libre accès ?

- Abaissement de la barrière de restriction d’accès aux revues commercialisées sur Érudit :  les revues diffusées sous abonnement sur Érudit restreignaient l’accès aux numéros parus les derniers 24 mois. Dans le cadre de ce partenariat, Érudit diminuera la durée de cette barrière de restriction à 12 mois à la fin de l’année 2016, augmentant ainsi le nombre d’articles disponibles en libre accès, et permettant aux revues de se conformer à la majorité des politiques sur le libre accès nationales et internationales.

- Fonds de soutien aux revues en libre accès : l’engagement de 53 bibliothèques dans ce partenariat a permis la création d’un fonds pour le soutien financier de 25 revues en libre accès diffusées sur Érudit. Les fonds reversés permettent aux revues de financer leurs activités éditoriales.

- Accompagnement stratégique des revues savantes souhaitant effectuer une transition vers le libre accès complet : Érudit accompagne individuellement les revues souhaitant passer de la diffusion sous abonnement à la diffusion en libre accès. Ainsi, 4 revues diffusées sur Érudit ont effectué leur transition vers le libre accès entre 2014 et 2016, s'ajoutant aux 3 nouvelles revues en libre accès qui ont rejoint la plateforme durant le partenariat.

  • Quelles sont les conséquences nationales et internationales du partenariat ?

Ce partenariat permet aux revues diffusées sur Érudit d’être conformes aux politiques nationales et internationales pour le libre accès. Elle répond notamment aux exigences de la Politique des trois organismes sur le libre accès aux publications (CRSH, CRSNG, IRSC), qui demande à ce que les travaux des chercheurs titulaires d’une de leur subvention soient disponibles en libre accès au maximum 12 mois après leur publication.

En favorisant le libre accès aux résultats de la recherche, ce partenariat participe également à la diminution des disparités économiques à l’accès du savoir et favorise le rayonnement de la recherche canadienne au-delà des frontières linguistiques et géographiques.

  • Comment est financé ce partenariat ?

Le financement de ce partenariat est assuré par les 53 bibliothèques universitaires canadiennes qui ont signé l’entente.

  • Quels sont les bénéfices économiques de ce partenariat ?  

Ce partenariat présente une nouvelle façon de contribuer au financement des revues savantes nationales dans un contexte de diminution des budgets d’acquisition des bibliothèques.

Il se veut également être une solution alternative permettant de diminuer la pression exercée par les grands éditeurs commerciaux sur les bibliothèques universitaires.

  • Comment les redevances seront-elles distribuées ?

90% du montant financier du partenariat est attribué aux revues disponibles sur Érudit ainsi qu’à leur diffusion. Les 10% restant sont alloués à la maintenance et au développement de services pour les bibliothèques (statistiques de consultation, moissonnage des métadonnées, etc.).

  • Quels sont les avantages du partenariat pour les chercheurs ?

Ce partenariat permet aux chercheurs canadiens soutenus financièrement par les trois organismes d’être conformes à leur politique sur le libre accès aux publications.

En favorisant une approche selon la « voie diamant », le partenariat proposé par Érudit et RCDR évite également aux chercheurs de débourser des frais pour être publiés (modèle auteur-payeur) dans les revues en libre accès.

Enfin, Érudit permet aux chercheurs affiliés aux institutions partenaires de faire de la fouille de données dans son corpus, une pratique essentielle dans le champs des humanités numériques.

  • Comment ce partenariat peut-il être renforcé dans l’avenir ?

Afin d’augmenter la portée de ce partenariat, 3 axes de développements sont favorisés :

- Ouverture du partenariat à des consortiums étrangers de bibliothèques : les revues soutenues dans le cadre de ce partenariat sont consultées dans de nombreux pays. Érudit travaille ainsi à ouvrir ce partenariat aux institutions à l’étranger, notamment aux États-Unis et en France, qui sont les deux principaux pays consultant le plus la plateforme, à l'exception du Canada.

- Augmentation du nombre de revues en libre accès : la réussite de la première phase du partenariat, tant pour les bibliothèques que pour les revues, favorise l’intégration de nouvelles revues savantes dans la prochaine phase du partenariat.

- Renforcer le nouveau modèle d’affaires pour garantir et augmenter les redevances des revues : le modèle d’affaires développé dans le cadre de ce partenariat demande encore à évoluer pour être toujours plus représentatif des besoins des bibliothèques et des revues.